Comment utiliser les huiles essentielles?

Il est important de rappeler que l’aromathérapie est une méthode naturelle qui repose sur l’activité de molécules biochimiques contenues dans les huiles essentielles.

Ce sont ces mêmes molécules biochimiques qui confèrent aux huiles essentielles leurs merveilleuses propriétés mais également leurs nocivités.


On n’utilise donc pas n’importe quelle huile essentielle de n’importe quelle façon.


Veillez également à demander conseil à votre médecin, pharmacien ou aromathérapeute certifié.


D’une manière générale, évitez les huiles essentielles à doses élevées ou sur une longue durée et restez vigilant quant à l’effet cocktail et à l’inversion des effets.

Précautions d'usage générales

Les huiles essentielles ne s'injectent pas par voie intramusculaire ni par intraveineuse, ne s'appliquent pas pure dans le nez, les oreilles, sur les muqueuses et les zones ano-génitales ni même diluées, dans les yeux.


En cas de projection dans les yeux, il faut nettoyer rapidement avec une huile végétale qui va diluer l’huile essentielle en vue de diminuer sa toxicité et d'éviter l’irritation ou la brûlure. Ne surtout pas utiliser d’eau !


En cas d’ingestion (voie orale) accidentelle, en grande quantité : ne pas faire vomir mais plutôt absorber du charbon végétal en poudre, dans un peu d’eau ou une huile végétale.

ESSENSRISQUES

Les huiles essentielles photosensibilisantes composées de colmariens donneront des tâches sur votre peau lors de l'exposition au soleil : bergamote, orange, mandarine, citron, pamplemousse, angélique, ...


Les huiles essentielles contenant des phénols sont dermocaustiques si utilisées pures. Il faut donc toujours les diluer : sarriette, thym à thymol, origan, girofle, ...

L’huile essentielle de menthe poivrée a un pouvoir vasoconstricteur. Elle ne peut, donc, pas être appliquée sur une surface cutanée trop importante.


Les huiles essentielles phénolées sont également hépatotoxiques. Cela signifie qu'elles ne peuvent pas être utilisées à doses trop élevées, ou une durée de traitement trop prolongée au risque d'attaquer votre foie. Une protection du foie par des huiles essentielles ou des hydrolats hépatoprotecteurs (carotte, romarin, menthe, citron, …) peut être envisagée.


Les huiles essentielles riches en aldéhyde cinnamique (cannelle de ceylan op écorce) ou riche en aldéhyde terpénique sont dermocaustiques et/ou irritantes. Elles doivent être diluées au moins à 80% dans une huile végétale.


Les huiles essentielles contenant des cétones sont neurotoxiques et ne peuvent pas être administrées aux enfants, aux personnes âgées et aux épileptiques. Celle-ci doivent être utilisées à des doses normales modérées et sur une période limitée.


Les huiles essentielles à éthers (basilic exotique, estragon, …) doivent faire l’objet de doses plus faibles, tous modes d’utilisation confondus. On ne les utilisera que sur de courtes périodes. Les doses standard de l’usage oral seront de préférences divisées par deux.

ESSENSKIDS

Restez vigilant quant à l’utilisation des huiles essentielles auprès des nourrissons et des enfants moins de 30kg.


Certaines peuvent être neurotoxiques, convulsives et hépatotoxiques. Demandez conseil à votre médecin, pharmacien ou aromathérapeute certifié.


L'utilisation la plus douce est la diffusion. Néanmoins, ne diffusez jamais d'huiles essentielles en leur présence.

Choisissez des huiles essentielles douces, efficaces et agréables telles que le bois de rose, l’eucalyptus radié, l’eucalyptus de Smith, la lavande fine, la mandarine, le ravintsara, le thym doux à linalol.


En cutané, privilégiez le massage sur la plante des pieds et le dos.


Point d'attention avec l’huile essentielle de menthe poivrée qui ne peut être appliquée chez les enfants de moins de 30 mois car elle présente des risques de spasmes laryngés.

ESSENSMOMS

Une vigilance particulière sera accordée auprès des femmes enceintes et allaitantes.


En effet, certaines huiles essentielles sont abortives, oestrogen-like, neurotoxiques, convulsives et hépatotoxiques.


Demandez conseil à votre médecin, pharmacien ou aromathérapeute certifié.


Durant les 3 premiers mois de la grossesse, les femmes enceintes peuvent utiliser la diffusion atmosphérique de façon modérée.


Entre le troisième mois et la fin de l’allaitement, les femmes enceintes peuvent utiliser la diffusion atmosphérique et le massage, en évitant les huiles essentielles phénolées (origan, thym à thymol, sarriette, girofle, etc….), les aldéhydes aromatiques (cannelle), cétones (sauge officinale, cèdre de l’Atlas, menthe poivrée, aneth, carvi, …) ainsi que les éthers (basilic, estragon, anis, badiane).


En cas de nausée de la femme enceinte, celle-ci peut utiliser l’essence de citron à raison de 1 à 2 gouttes, au besoin, sur un morceau de sucre.

Entre le troisième mois et la fin de l’allaitement, les femmes enceintes peuvent utiliser la diffusion atmosphérique et le massage, en évitant les huiles essentielles phénolées (origan, thym à thymol, sarriette, girofle, etc….), les aldéhydes aromatiques (cannelle), cétones (sauge officinale, cèdre de l’Atlas, menthe poivrée, aneth, carvi, …) ainsi que les éthers (basilic, estragon, anis, badiane).


En cas de nausée de la femme enceinte, celle-ci peut utiliser l’essence de citron à raison de 1 à 2 gouttes, au besoin, sur un morceau de sucre.

UTILISATION PAR VOIE ORALE

La voie orale doit être réservée à la prescription médicale !

Certaines huiles essentielles ont des propriétés irritantes, neurotoxiques, abortives et hépatotoxiques, il est donc important de ne pas vous auto-soigner.


Cette utilisation est, donc, à proscrire auprès des personnes ayant des troubles gastriques, les enfants de moins de 30kg ainsi que les femmes enceintes et allaitantes.

Sachez qu'en cas d'utilisation orale, vous pouvez laper une goutte sur votre main, déposer une goutte sur un support (sucre non raffiné, cuillère de miel, sirop d’agave, huile végétale) ou diluer dans un dispersant végétal comme le Solubol (100% naturel et sans alcool, contrairement au Disper).


La voie orale peut être ponctuelle ou en cure. Dans tous las cas, on ne dépassera pas 3 semaines d'utilisation et on effectuera une fenêtre thérapeutique (arrêt) d'une semaine.


En cas d’utilisation par la voie sublinguale, il est préférable de privilégier les traitements de courtes durées, c’est-à-dire moins de 10 jours d’affilée, 5 jours sur 7 dès que cela est possible. En cas de traitements longue durée, il convient d’arrêter les huiles essentielles pendant 3 à 5 jours entre 2 cures de 10 jours.

UTILISATION PAR VOIE RECTALE

Cette forme est également réservée à la prescription médicale et à la conception par le pharmacien.


La voie rectale permet d’éviter que les huiles essentielles transitent par le système digestif. La muqueuse rectale présentant une grande perméabilité, l’absorption dans l’organisme est rapide, par le biais des veines hémorroïdales puis par la veine cave inférieure.

De manière plus simple, il est possible d’administrer les huiles essentielles diluées dans un peu d’huile de tournesol tiédie, à l’aide d’une petite poire.


Dans tous les cas, évitez les huiles essentielles allergisantes, irritantes et rubéfiantes étant donné la fragilité des muqueuses en général.

UTILISATION PAR VOIE VAGINALE

Toute comme la voie orale et rectale, cette forme est réservée à la prescription médicale.


La voie vaginale est prescrite en cas de traitement thérapeutique d’action locale.


Comme toutes les muqueuses, la muqueuse vaginale est également fragile et il y a donc lieu d’éviter les huiles essentielles allergisantes, irritantes et rubéfiantes.

UTILISATION PAR VOIE CUTANEE

Il s’agit de l’usage idéal pour la pratique quotidienne étant donné qu’elle reste accessible pour tout à chacun.


Néanmoins, il faut rester vigilant vis-à-vis des huiles dermocaustiques, allergisantes et photosensibilisantes.


Elle offre les avantages de pouvoir administrer une grande quantité d’huiles essentielles et d’offrir une rapidité d’action thérapeutique (environ 10 minutes), une bonne tolérance, peu de toxicité et une durée d’action prolongée.


D’une manière générale, il est conseillé d’éviter l’application d’huiles essentielles pures et d’utiliser un excipient tel que les huiles végétales, l’aloe vera, …

D’une manière générale, il est conseillé d’éviter l’application d’huiles essentielles pures et d’utiliser un excipient tel que les huiles végétales, l’aloe vera, …

As-tu aimé l'article ?

Votre Théra-Coach

Magali

Les informations et soins présentés sur ce site sont destinés à améliorer votre bien-être et non pas à remplacer votre consultation chez un médecin


© 2016 Théra-Coach | Tous droits réservés | Théra-Coach & L'essentiel by M. sont des marques déposées auprès du BOIP | TVA 0544641340​

systeme.io

Réalisé avec